ALERTE! LES REVUES de POESIE en DANGER!

Nous vous communiquons ci-dessous

le courriel reçu ce jour de

Marie-Josée CHRISTIEN "SPERED GOUEZ"!

TEXTES A FAIRE SUIVRE!

Merci!

ARPO

Bonjour aux rédacteurs du dossier "De la poésie et des poètes en Bretagne",

"Pages de Bretagne" a consacré son nouveau numéro à la poésie et aux poètes de Bretagne. Je ne peux bien sûr que m'en réjouir et saluer cette excellente initiative. Je sais aussi qu'un tel dossier ne peut hélas pas être exhaustif. Cependant,  il me semble qu'il manque à ce n°51 un élément d'importance : les revues. 

Rares sont les poètes  reconnus aujourd'hui qui n'ont pas publié un jour en revues. Le parcours de Christian Prigent pourrait d'ailleurs à lui seul témoigner du rôle essentiel des revues. Seule Emmanuelle Le Cam évoque  la présence des revues dans son itinéraire personnel. Un grand merci à elle !  A l'heure où les revues sont en grande souffrance et en voie de disparition, elles auraient mérité au moins quelques lignes, voire un paragraphe ou un article.  En les ignorant, votre dossier contribue à les invisibiliser encore plus.  

En tant que poète infiniment redevable aux revues, en tant que fondatrice et responsable de rédaction  de la revue Spered Gouez / l'esprit sauvage depuis plus de 30 ans, je ne vous cache pas mon grand découragement.

Je vous joins les textes de mes deux derniers éditos sur la situation des revues. A  terme, la disparition des revues pourrait mettre en péril la poésie qui perdrait ainsi une partie de son vivier. 

Bien à vous,

Marie-Josée Christien  

Vers l’extinction des feux ?

En hommage aux poètes passeurs,

Brigitte Maillard (1954-2021), Alain Boudet (1950-2021),

et Jean Chatard (1934-2021).

A l’heure où notre revue achève sa trentième année, l’enthousiasme n’est pas de mise : nous nous sentons de plus en plus seuls. Les revues littéraires continuent à disparaître les unes après les autres et les instances culturelles continuent à faire la sourde oreille. Une inexorable gangrène technocratique touche les régions les unes après les autres. Les cris d’alarme se suivent et se ressemblent, dans la plus grande indifférence de tous les échelons du ministère de la culture et des instances du livre. Sommes-nous en train d’assister à l’extinction des feux ?

(SUITE ci-dessous en pdf)

Téléchargez le document : Editos_SG_no27_et_26.pdf
Site réalisé et hébergé par Crypteo